Diese Seite ausdrucken

Fessenheim: Mais fin 2016, c'est trop tard ! Monsieur le Président !

07.10.2012

Fessenheim: Mais fin 2016, c'est trop tard ! Monsieur le Président !


Bonjour amis d’Alsace et du Territoire de Belfort,

Depuis la dernière fois que nous nous sommes rassemblés ici même, on nous a dit que la centrale nucléaire de Fessenheim allait être arrêtée fin 2016. C’est même le président de la République, Monsieur François Hollande, qui l’a exprimé.

Ce serait presque l’occasion d’ouvrir le champagne. Mais je pense que nous allons nous limiter au crémant et à un verre, pas par chauvinisme alsacien et par peur du gendarme, non, plutôt par réalisme de la situation. Car comme dirait feu Neil Armstrong s’il était parmi nous: «c’est un grand pas pour un président français, mais c’est un petit pas pour l’humanité».

Mais fin 2016, c’est trop tard car un séisme n’attend pas une fin de mandat; fin 2016, c’est trop tard car une inondation des installations, suite à une rupture du canal, rupture «naturelle» ou provoquée, n’attend pas une échéance électorale; fin 2016, c’est trop tard car la fragilité structurelle des piscines de désactivation obéit à aucune campagne électorale.

Mais fin 2016, c’est aussi trop tard car EDF fait tout pour minimiser les incidents-événements qui sont presque hebdomadaires (23 pour Fessenheim depuis le redémarrage du réacteur 2, en mars 2012, suite à la 3ème visite décennale). Mais fin 2016, c’est aussi trop tard car un rapport récent de la Commission Européenne qui déclare: les stress tests européens post-Fukushima révèlent des défaillances de sécurité dans toutes les centrales nucléaires françaises. Oui, vous avez bien entendu, toutes les centrales nucléaires françaises c.à.d. les 19 sites avec leurs 58 réacteurs sont épinglés. Il n’y aura pas de jaloux. François Hollande peut annoncer d’autres dates de fermeture: Tricastin, Cattenom, Bugey, etc.

Alors, on boit ce petit verre de crémant ? Ou faudra-t-il même se rabattre sur du mousseux car les caisses seront vides. En effet, pour ces vieilles casseroles dont Fessenheim est la doyenne, on nous promet de tenir compte des «rexs» ... non, ce ne sont pas des chiens ... non, ce sont les retours d’expérience de Fukushima ... enfin, pour ce qu’on en connait. Pour améliorer la sécurité des installations, les chiffres varient comme toujours dans le nucléaire. Mais la fourchette haute peut être retenue ... comme toujours dans le nucléaire: on estime entre 5 et 10 milliards.

Monsieur Rosso, le directeur de la centrale, en CLIS, l’autre jour, a essayé de nous convaincre que ces «menues dépenses» ne représentent rien au regard des rentrées d’exploitation. Je ne comprends plus rien car son prédécesseur, Monsieur Bainier nous a expliqué, également en CLIS, que Fessenheim n’était plus rentable: «ce n’est pas un centre de profits et la sûreté n’a pas de prix» a-t-il affirmé.

Alors pour faire passer la pilule de la non-rentabilité, EDF organise toutes sortes de propagande, on appelle ça des «vecteurs de com» de nos jours. Et donc, on ouvre les portes. Enfin aujourd’hui, elles sont fermées ... ils ont décidé cela, il y a moins de 48h ... parce que notre stand est ouvert, aujourd’hui. Je ne comprends plus rien. Un mini stand antinucléaire qui arrive à fermer les grandes portes d’une centrale nucléaire. Cela vaut presque une coupe de champagne.

Mais, il y a un problème ... car apparemment, ils ont ouvert les fenêtres ... et en grand ! Pourquoi faire ? Pour aérer peut-être .... car leur obstination, leur incohérence et leur déni de la volonté citoyenne de milliers, de millions d’habitants du Rhin Supérieur commencent à puer. Mais ils ont aussi ouvert leurs fenêtres, en grand, pour jeter l’argent par la fenêtre. «Nous investirons jusqu’au dernier jour» à affirmer l’exploitant. Un autisme particulièrement navrant quand on demande de faire des efforts financiers à 99% de la nation.

Renforcement du radier ... une première mondiale qui risque de rater sérieusement et qui n’apportera pas grand chose (un délai de 24 heures de plus, en cas de fonte du cœur de réacteur), ouvrez la fenêtre s’il vous plait.
Apporter une autre source de refroidissement que le canal ... et on attaque la nappe phréatique ... dans le cas d’un accident nucléaire, on paiera la note jusqu’aux Pays-Bas, qu’importe .. ouvrez la fenêtre s’il vous plait.
On bunkerise la salle de commandes ... et on laisse les piscines de désactivation presque à l’air libre ... c’est la piscine de désactivation du réacteur n° 4 à Fukushima qui menace la moitié de la terre .... ouvrez la fenêtre s’il vous plait.

40 prescriptions de l’ASN, qu’ils vont suivre à la lettre, qu’importe le coût et pour à peine 4 ans ... Il y a quelques années, on scandait «le nucléaire, c’est l’impasse». Nous disons à nouveau, nous n’en voulons pas de cette logique !

Nous tous, ici et ailleurs, nous proposons autre chose ... y compris à toute la population environnante de la centrale.
un arrêt immédiat de la production
une reconversion du site de production d’électricité nucléaire en un site de production d’électricité issue d’une turbine à gaz à cycle combiné qui maintient les emplois ou en favorise.
nous proposons aussi un site de démantèlement exemplaire, source de nouveaux emplois.
nous proposons aussi l’installation d’un site tourné vers les énergies renouvelables qui aura des répercussions sur tout le bassin d’emploi.
En Allemagne, la «Energiewende» va créer 1 million d’emplois. En France, une transition énergétique réelle peut créer encore plus d’emplois.

Alors ouvrons nos cœurs, fermons immédiatement la centrale nucléaire de Fessenheim
Ouvrons nos esprits, fermons immédiatement la centrale nucléaire de Fessenheim
Ouvrons tout grand notre sens de la vie, fermons immédiatement la centrale nucléaire de Fessenheim.

Prost, Pröschtli, à votre santé
Merci à vous
Claude Ledergerber CSFR



Fessenheim: Mais fin 2016, c'est trop tard ! Monsieur le Président !


Richtig wichtig! Ihnen gefällt diese Seite? Legen Sie doch einen Link:
<a href="http://www.bund-rvso.de/fessenheim-2016-president.html">Fessenheim: Mais fin 2016, c'est trop tard ! Monsieur le Président !</a>

Weitersagen
Twitter Facebook

Dieser Artikel wurde 2616 mal gelesen und am 8.10.2012 zuletzt geändert.