Diese Seite ausdrucken

Histoire de l'environnement et du mouvement écologique en Alsace et dans le pays de Bade


Histoire de l'environnement et du mouvement écologique en Alsace et dans le pays de Bade


Extrait de l‘histoire de l’environnement régional



Marckolsheim

Victoires et défaites, progrès et régression ont façonnés l’image de l’histoire de l’environnement régional. Ce passé ne doit pas être oublié, pour que nous puissions apprendre de ce passé pour le futur.

1100 : Première mention d’activité minière à Kappel (faubourg de Fribourg en Brisgau), menant à une massive contamination du sol par le plomb. Arrêt de l'activité seulement en 1954.

1662 : Tentative de destruction des chutes du Rhin dans le but de faciliter le transports du bois jusqu'aux Pays-Bas (commanditée par des commerçants hollandais participants alors au déboisement ravageur qui eut lieu dans les forêts de la Suisse intérieur).

1812 : Premiers plans de rectification du cours du Rhin par Johann Gottfried Tulla. La réalisation réduit les risques d’inondations dans la région du Rhin supérieur, mais amplifie les inondations en aval et provoque d'importants problèmes écologiques.

1833 : La loi forestières du pays de Bade marque la fin de l’exploitation non durable des ressources et devient l’une des premières lois au monde visant un développement durable.

A partir de 1910 : Début de la pollution des nappes phréatiques à cause de l’extraction de la potasse en Alsace vers Mulhouse et dans le Pays de Bade à Buggingen.

1928 bis 1959 : Construction du Grand Canal d’Alsace entre Märkt et Breisach. Ce projet provoque entre autre une destruction de la nature, tout comme une baisse du niveau des nappes phréatiques et renforce les problèmes d’inondations en aval.

Après 1945 : Des gravières dans la région autour de Bâle, mais aussi à d’autres endroits, sont transformés en décharge publiques.

Après 1945 : L’usine de chimie à Huningue (Alsace) vers Bâle rejette de grandes quantités de l’insecticide toxique tel que le lindane dans l’environnement.Ces produits sont emportés par le vent.

1965 : Fondation de l’organisation de protection de l’environnement et de la nature alsaciennes « AFRPN », rebaptiser plus tard: Alsace Nature.

1969 : Mise en service du premier réacteur de la centrale nucléaire de Beznau (Suisse).

1969 à 1982 : Empoisonnement "légal" de la mer par les opérateurs des centrales nucléaires suisses. 7677 containers ont été jetés en mer.

9. novembre 1970 : Fondation de l’Aktion Umweltschutz (action pour la protection de l’environnement), le précurseur de la fédération régionale BUND Rhin-Supérieur (BUND-Regionalverband Südlicher Oberrhein).

2. juin 1971 : Demande d’autorisation de la Badenwerk AG pour la construction d’une centrale nucléaire à Breisach (Allemagne); succès de la résistance. Le projet est refusé.

A partir de 1972 : Résistance contre le remembrement au Kaiserstuhl (Allemagne).

1972 : Des militants de l’Aktion Umweltschutz et du Schwarzwaldverein(club de la Forêt-Noire) réclame la purification des eaux usées de l’usine de papier à Neustadt (Allemagne) et la fin de la pollution massive de l’eau de la Wutach. Après de nombreuses actions une station d’épuration est construite.

Marckolsheim

1974-1975 : Occupation du terrain à Marckolsheim (Alsace). Empêchement de la construction d’une usine très polluante de plomb. Mondialement la première occupation de terrain fondée écologiquement. Elle a aussi empêché un flop économique, car l’usine de plomb de la CWM (Chemischen Werke München : usines de chimie munichoise) à Marckolsheim, devait construire des aditifs de plombs pour le PVC, qui ne sont aujourd’hui plus utilisés.

18. janvier 1975 : Début de l’occupation du terrain dans la forêt de Wyhl, avec une grande participation de Français. La résistance des initiatives des citoyens badois et alsaciens contre les plans du Badenwerk est couronnée de succès. Apogée de la culture alémanique.

1975 : Une occupation du terrain empêche la construction de la centrale nucléaire de Kaiseraugst (Suisse).

A partir de 1975 : Le « Waldsterben » en Forêt –Noire mène à plusieurs actions et à la fondation de l’organisation « Initiative Schwarzwald » (initiative Forêt-Noire). La pression politique massive des organisations écologique provoque l’instauration des catalyseurs, du super sans plomb, la réduction des émissions nocives et le début de la discussion du réchauffement climatique.

1976 : Première foire écologique et solaire du BUND et d’autres initiatives de citoyens badois et alsaciens : les Journées du Soleil (« Die Sonnentage ») à Sasbach (Allemagne). Le BUND veut montrer avec cette foire les alternatives à l’énergie nucléaire. Le développement de l’utilisation d’énergies alternatives qui en découle est impressionnant.

1977 : Une occupation du terrain empêche la construction de la centrale nucléaire à Gerstheim (Alsace) près de Strasbourg.

1977-1978 : Mise en service des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim (Alsace).

1973 à 1975 : Empêchement de la construction d’une usine à combustibles pour centrales nucléaires à Heitersheim (Allemagne).

1984 : Mise en service de la centrale nucléaire de Leibstadt (Suisse).

1984 : Occupation d’une île du Rhin près de Fessenheim par des protecteurs de l’environnement français pour protester contre l’enfouissement de solutions salines dans des couches plus profondes.

26. avril 1986 : Accident de Tchernobyl. Le nuage radioactif de Tchernobyl atteint rapidement le Rhin, mais le gouvernement français déclare que le nuage s’est arrêté à la frontière.

Novembre 1986 : Incident dans l’entrepôt de Sandoz près de Bâle et pollution du Rhin par un déversement de pesticides.

Jungbunzlauer Marckolsheim

1990 : Résistance et manifestations contre la construction d’une usine fabricant de l’acide citrique (Jungbunzlauer Zitronensäurefabrik) à Marckolsheim (Alsace).

1990 : Les circonscriptions d’Emmendingen et Ortenau prévoit de construire un propre incinérateur d’une capacité de 360 000 tonnes par an. L’engagement des écologistes contre ces plans ont été profitable économiquement et écologiquement. 15 ans plus tard les deux circonscriptions ne livrent plus que 30 000 tonnes de déchets par an à l’incinérateur de Bremgarten (Allemagne). Un mauvais investissement de 1 milliards de Marks (environ 510 millions d’euros) a pu être empêché.

1991 : Fin de l’extraction d’uranium à Menzenschwand (Allemagne).

1992 : Succès dans les actions transfrontalières contre les plans de construction d’un incinérateur à Kehl (Allemagne).

1992 : Fribourg devient « capitale écologique ».

1994 : La résistance transfrontalière contre la fabrique de verre flotté n’a pas pu empêcher la construction à Hombourg (Alsace), mais on a obtenu l’utilisation de techniques modernes contre la pollution de l’air.

Usine Kaysersberg

Usine Kaisersberg












1994-1996 : Conflit à cause de la dernière usine de papier sur le Rhin sans station d’épuration (Usine Kaysersberg à Neuf-Brisach en Alsace). Après beaucoup de pression de la part du BUND, une station d’épuration est construite en 1996.

1995 et 1997 : Occupation d’un champ à Buggingen (Allemagne). Les essais en plein air d’un maïs génétiquement modifié de la firme hollandaises van der Have ont pu être empêché grâce a de multiples actions.

Stocamine Alsace

A partir de 1996 : Mitages, consommation d’espace et une abomination de la pleine du Rhin sont des thèmes de plus en plus actuels dans les mouvements écologiques transfrontaliers.

1999 : Début du stockage des déchets industriels dangereux dans la mine de potasse française Stocamine. Des protecteurs de l’environnement des deux côtés du Rhin protestent et font remarquer les dangers pour l’homme et l’environnement. Toutefois les déchets « ininflammables » brûlent en septembre 2002 et la décharge est fermée.

A partir de 2000 : Multiples actions dans la région du Haut-Rhin contre les plans de la NAGRA suisse, de construire une installation de stockage des déchets radioactifs à Benken près des chutes du Rhin.

2002 : Les plans de retenu des crues et de la protection de la nature, du programme du Rhin intégré commence à devenir réalité au sud de Breisach (Allemagne). Grâce à la pression politique faite par les associations d’écologistes, les plans sont favorables à la nature et à l’homme.

Rhodia Chalampe

Décembre 2002 : Nouvel grave accident dans l’usine de chimie de Rhodia à Chalampé. Environ 1200 tonnes de cyclohexane s’échappent de l’usine et s’infiltrent, pour la majorité, dans les nappes phréatiques.

Septembre 2002 : Incendie dans la décharge souterraine de déchets toxiques de Stocamine.

Avril 2003 : Actions en Suisse, en Alsace, et dans le pays de Bade contre la guerre anglo-américaines pour le pouvoir, le pétrole et l’influence en Iraq. La guerre d’Iraq est l’aggravation du combat mondial pour les ressources.

2003 : Même dans l’année internationale des eaux de surface et des nappes phréatiques restent un problème dans la vallée du Rhin. Presque la moitié des ponts d’eau dans la région du Rhin-Supérieur, dépassent les seuils limites pour l’eau potable (Sel, Nitrate, Atrazine…).

Fessenheim "au fil du rhin"

26. juin 2003 : EDF et EnBW s’efforcent de « peindre en vert » la centrale nucléaire vieillissante de Fessenheim : Celle-ci obtient la certification environnementale ISO 14001 pour « la protection de la faune et de la flore et des orchidées autour de la centrale nucléaire, et pour le tri des déchets entre autre ». Avec la fondation de l’association écologique « Au fil du Rhin » à Fessenheim, EDF et EnBW essaient de redéfinir le terme de développement durable.

Aout 2003 : Première en Alsace et aux alentours de Bâle : arrivée de 4 chrysomèles (Diabrotica virgifera). Celles-ci sont accueillies avec une « bonne douche » de poison. Rien qu’en Alsace 1,5 tonne d’insecticide sont répandus par hélicoptère. La population manifeste son mécontentement sous des parapluies. Seul la Suisse on a su combattre écologiquement et bon marché la chrysomèle en alternant les cultures.

2003 : Le conflit allemand-suisse pour l’approche des avions à l’aéroport de Zürich s’accentue. Les anciens nationalismes et les tristes préjugés des deux côtés du Rhin prennent le dessus sur le mythe de la Regio-/du pays des trois frontières.

26. Septembre 2003 : Une excellente nouvelle étude « Prospection des aquifères proches du Rhin entre Fessenheim et Breisach », confirme les arguments du BUND au sujet de la salinisation des nappes phréatiques du à l’exploitation de la potasse. Reste cependant inexplicable le fait que cette étude (900 000€), ait été financée par les contribuables européens et non par l’entreprise Kali Salz AG et les mines françaises de potasse, qui sont les responsables de cette pollution. Le principe de pollueur-payeur n’est pas appliqué pour les grandes entreprises ? Pourquoi ? Pourquoi aussi les autorités des deux côtés du Rhin sont-elles sans courage ? Ce manque de justice est scandaleux, le principe de pollueur-payeur n’est applicable que pour les petits pollueurs, les gros passent au travers.

24. janvier 2004 : Première mondiale à Fessenheim: Lors d’un incident, 300 litres de résine ont été déversées dans le circuit primaire de la centrale nucléaire. Malgré le manque d’informations apporté par les exploitants EDF et EnBW sur les conséquences d’un tel incident, la centrale n’est pas arrêtée et la population est informée tardivement, comme d’habitude. Quatre ouvriers sont irradiés lors d’un échange de filtres. La direction de la centrale ne tire pas de leçon de cet accident et le lendemain 3 autres ouvriers subissent une radiation nucléaire.

24. avril 2004 : Plus de 2000 manifestants originaires de France, d’Allemagne et de Suisse participe à une rassemblement à Breisach et Fessenheim contre la centrale nucléaire éclopée, contre l’EPR de Siemens et Arreva et contre « Au fil du Rhin », association soi-disant écologique de EDF et EnBW. Cette action est le départ du « Tour de France » alternatif pour la sortie du nucléaire.

Eté 2004 : Après la canicule de 2003, les conditions météorologiques extrêmes s’accumulent aussi en 2004 dans la région du Rhin-Supérieur. Ces premiers signes d’un changement climatiques entrainent cependant un changement d’habitude dans les comportements.

Novembre 2004 : La TREA Breisgau, l’incinérateur régional, est mis en service sans cogénération. Personne n’était intéressé par l’utilisation de la chaleur produite. Ainsi, l’équivalent d’environ 120 000 litres de pétrole est perdu chaque jour.

2004 : La faim tue plus de gens dans le monde, que toutes les guerres actuelles et les actes terroristes. Jean Ziegler, rapporteur de l’UNO pour le droit à la nourriture écrit dans un rapport pour l’UNO, que 100 000 personnes meurent quotidiennement à cause d’un manque de nourriture. En 2004, chaque seconde un enfant de moins de cinq ans meurt des conséquences de sous-nutrition. En 2004, d’après Ziegler, 842 millions de gens souffrent de sous-nutrition chronique.

Janvier 2005 : Après plus de 50 ans, un saumon fraye pour la première fois dans la Kinzig.

Mars 2005 : Dans le dix dernières années les prix des énergies nucléaires et fossiles ont plus que doublés, alors que le prix des énergies renouvelables a diminué de 50%.

29. Avril 2005 : Les associations écologiques dans la région du Rhin-Supérieur et le BUND exigent de la centrale de Kembs de laisser couler plus d’eau dans le vieux Rhin. La plus vieille centrale hydroélectrique du Rhin à Kembs appartient à EDF : fin de la concession en 2004. Afin que les objectifs internationaux des projets comme « Rhin 2020 », les objectifs de la directive-cadre sur l’eau et le programme de protection contre les crues d’IKSR puissent être atteint, les écologistes exigent un minimum de 100 m³/s pour le débit du vieux Rhin, ainsi qu’un réajustement de l’écoulement calqué sur le niveau d’eau à Bâle ou à Rheinfelden. Le Rhin doit redevenir un fleuve pour l’homme, le saumon, le cormoran et le martin-pêcheur.

17. Juin 2005 : L’ATPN, l’Association Trinationale de Protection nucléaire est crée par des représentants venant de France, d’Allemagne et de Suisse.

Novembre 2005 : Dans les banlieues françaises, à Paris et aussi en Alsace, à Strasbourg et à Mulhouse les voitures brûlent. La pollution de l’environnement est aussi une « pollution » du monde intérieur. Dans les tristes faubourgs surpeuplés, mauvaise politique d’immigration et injuste répartition des chances et du travail mènent à des émeutes massives de la jeunesse.

Janvier 2006 : Succès pour l’homme et l‘environnement dans la Région du Rhin-Supérieur. L’incinérateur de Strasbourg est enfin désintoxiqué. Après des décennies de polémique et de protestation des deux côtés du Rhin, 38,5 millions d’euros ont été investis dans l’incinérateur.

Mars 2006 : Politiciens français contre la centrale nucléaire de Fessenheim: En Alsace 110 députés élus ont réclamé l’arrêt de la centrale de Fessenheim.

21. Mars 2006 : Le tribunal d’instance de Mulhouse prononce un jugement scandaleux en matière d’écologie. En fin d’année 2002, l’usine de Rhodia à Chalampé avait gravement pollué la nappe phréatique. L’usine avait laissé échapper 1200 tonnes de cyclohexane qui s’était partiellement infiltré dans la nappe. Rhodia a été condamné à payer seulement une amande de 7500 euros pour 1200 tonnes de cyclohexane.

Été 2006 : La centrale nucléaire de Fessenheim n’a pas de tour de refroidissement et compte à 100% sur le refroidissement par le Rhin. Cette solution est profitable pour les exploitants EDF et EnBW, mais elle est problématique. Pendant l’été 2006 la limite de température a presque été atteinte. L’autorisation de rejet donne le droit de réchauffer le Rhin, ce qui est un scandale : de 4°C en juin, juillet et août, de 6,5°C en septembre, octobre, novembre, mars, avril et mai. En décembre, janvier et février le Rhin peut même être réchauffé de 7°C, avec une température maximale autorisée de 30°C. Si toutes les centrales au bord du Rhin avaient renoncés aux tours de refroidissement, le Rhin serait biologiquement mort.

Automne 2006 : A cause de la sécheresse, du changement climatique et des produits toxiques dans l’air, les forêts du Rhin-Supérieur, dans la forêt-noire et dans les Vosges sont dans un état catastrophique. L’intérêt du public à ce sujet est minimal.

Décembre 2006 : La centrale nucléaire de Fessenheim et le risque terroriste: Une lettre secrète des associations écologique a été publiée par des représentants des instances officiels. CSFR, BUND et d’autres associations écologiques veulent faire fermer un chemin sur une digue vers la centrale nucléaire de Fessenheim. Celle-ci n’est protégée d’une attaque terroriste que par une petite barrière et un fin mur de béton. Ce qui est surprenant c’est que dans un monde évoluant vers des états de surveillance grandissants, où les droits des citoyens sont de plus en plus restreints, les exploitants de centrales nucléaires, la politique et les instances officielles dorment là où on en a besoin.

Février 2007 : Les plans de construction de nouvelles centrales nucléaires en Suisse à Beznau, Leibstadt et Mühleberg se concrétisent.

Avril 2007 : L’entreprise à scandales GDE-Guy Dauphin Environnemt veut construire une usine de recyclage de métal et de ferraille à Nambsheim en Alsace. Une capacité de 37 500 tonnes de ferraille par mois est prévue. L’industrie lourde alsacienne en train de se développer massivement?

2007 : Contre l'endiguement de l'Ill:
Alors qu’en Allemagne une grande partie des rivières et fleuves sont devenue des canaux endigués, il y’a en France encore beaucoup de cours d’eau non-corrigées et naturelles qui représentent une protection contre les crues.
L’Ill dans la Région du Rhin-Supérieur déborde souvent au printemps et inonde de grandes surfaces sans pour autant causer de sérieux dégâts. Malgré cela, des planificateurs veulent imiter les fautes allemandes. L’Ill doit être endiguée. Alsace Nature proteste contre ces plans qui mettent en danger la protection contre les crues et la protection de la nature.

Été 2007 : La casse problématique de Nambsheim ne va (probablement) pas être construite. Mais le problème de la zone industrielle prévue de 456 hectares au Nord de Fessenheim demeure.

Été 2007 : Cette année les menaces de tremblement de terre et du terrorisme sur la centrale nucléaire de Fessenheim deviennent un sujet d’actualité.

Été 2008 : Plus de 11 500 ruches ont été endommagés dans la région du Rhin-Supérieur. La cause est connue : la lutte contre les chrysomèles est mal menée. L’entreprise Bayer CropScience a mis en vente un produit contre les chrysomèles. « Poncho » contient entre autre le poison clothiandin.

2008 : Une crise mondiale financière se transforme en crise mondiale économique
Cette crise est aussi une crise écologique, une crise d’un système non durable et non porteur d'avenir, un effondrement partielle d'une économie lapidaire.

Été 2008 : Depuis octobre 2008 la commission de contrôle de la centrale nucléaire de Fessenheim CLS est dirigée par le maire d’Ensisheim et le conseiller général Michel Habig. C’est un scandale politique, car Monsieur Habig a été condamné pour un acte incendiaire. Le 11. Janvier 2006, il a mis le feu à un campement des gens du voyage (Roma). Il y a beaucoup de raison de critiquer le travail de la CLS, mais de nommer un incendiaire chef de la commission est absolument insoutenable et politiquement incorrect.

Mars 2011: En Alsace et en Bade du Sud, la catastrophe nucléaire de Fukushima intensifie la lutte antinucléaire, notamment pour la fermeture de la centrale de Fessenheim.

7.5.2012: Le socialiste François Hollande est élu Président de la République et prend la relève de Monsieur Sarkozy. Sarkozy était le lobbyiste et représentant classique du clan nucléaire en France. Il s'est massivement engagé pour la prolongation du fonctionnement de la centrale nucléaire de Fessenheim. François Hollande a promis de fermer définitivement la centrale de Fessenheim durant son mandat, sans doute en 2017.




Aujourd’hui : Les gens ont beaucoup atteint en question d’environnement dans la région. Mais cela ne signifie simplement qu’en faisant beaucoup d’efforts, on a réussi à ralentir le processus mondial de la destruction. Nous faisons encore parti des 20 % de la population mondiale, qui consomme 80 % des matières premières et de ce fait les principaux responsables de la pollution mondiale. Les crises financières actuelles et le fort taux de chômage sont aussi des signes une exploitation non durable des matières premières. La tâche à venir, aussi des associations écologiques, est de montrer que la croissance illimitée détruit tout système limité. Nous devons introduire le développement réellement durable.

Axel Mayer, BUND




Ce texte a été traduit de l’allemand (version originale : « Regionale Umweltgeschichte »). Excusez notre vision, peut-être trop allemande, de notre Histoire commune du mouvement écologiste en Alsace, dans le Nord de la Suisse et dans le pays de Bade.
Nous sommes ouverts à toutes critiques constructives et à d’importants compléments.
















Richtig wichtig! Ihnen gefällt diese Seite? Legen Sie doch einen Link:
<a href="http://www.bund-rvso.de/histoire-environnement-alsace-bade.html">Histoire de l'environnement et du mouvement écologique en Alsace et dans le pays de Bade</a>

Weitersagen
Twitter Facebook

Dieser Artikel wurde 8779 mal gelesen und am 10.4.2017 zuletzt geändert.